Je suis en cours avec mes jeunes étudiants de 20 ans et nous élaborons leurs Projets Professionnels. C’est l’occasion d’avoir une vue d’ensemble de leurs parcours et de faire le point : à partir de qui ils sont, s’interroger sur leurs rêves, tout d’abord sans restrictions, pour ensuite les mettre en regard des contraintes de la vie réelle. La mise en relation des deux permet de bâtir un projet en fonction des efforts qu’ils sont prêts à effectuer pour transformer leurs rêves en plan d’action. C’est alors que surgit une question : « L’argent fait-il le Bonheur ? »

 

SORTIR DES SENTIERS BATTUS

 

En guise de réponse me viennent tout de suite à l’esprit des clichés tels que : « Non, l’argent ne fait pas le bonheur mais il y contribue fortement… », ou bien « À tout prendre, mieux vaut être malheureux et riche que malheureux tout court » ou encore« Si on est malade, l’argent nous donne accès à de meilleurs traitements », etc.

Cependant, l’étudiante insiste : « Je ne veux pas une réponse en non, mais ! C’est oui ou c’est non, et mon rêve en dépendra. »

Je n’ai pas voulu trancher avec un « Non, l’argent ne fait pas le Bonheur » hypocrite. Je ne souhaitais pas non plus poser un « oui » ferme et définitif, après tous nos échanges plutôt philosophiques sur l’accomplissement de soi et la recherche de son identité. Mon postulat est de les amener à un projet professionnel en harmonie avec qui ils sont, et non qu’ils deviennent esclaves des contraintes extérieures, notamment la position sociale et l’argent.

Alors je me suis laissé le temps que la réponse vienne à moi…

ÊTRE VERSUS AVOIR

484-comment-se-faire-de-l-argent-sur-internet-sans-prendre-de-risque-large

 

Si l’Argent s’illustre par le verbe AVOIR, car il est le moyen d’obtenir tous les objets et services possibles et imaginables, et qu’ÊTRE illustre le Bonheur, qui est un état que l’on porte en soi et qui peut se manifester quoi que nous fassions et où que nous soyons, alors l’Argent ne fait pas le Bonheur. Entasser l’argent, vouloir posséder de plus en plus, chercher à se positionner socialement à travers cette accumulation mène à une situation crispée, où l’argent devient facteur d’avarice, de jalousie, de peur et d’adversité et nous éloigne de l’épanouissement.

 

ET SI LE BONHEUR FAISAIT L’ARGENT ?

 

dreamstime_m_9781689

Mais nous pouvons également considérer l’argent comme une énergie, comme un flux qui circule en permanence et qui est la contrepartie matérielle de la valeur que nous apportons autour de nous. Quelle que soit l’activité génératrice de ce flux monétaire, si nous la faisons avec enthousiasme, plaisir et l’envie de faire de notre mieux, si elle apporte aux autres une satisfaction et ajoute de la valeur, alors nous sommes plus heureux et les gens autour de nous également. Et plus nous laissons l’argent circuler, sans chercher à le retenir de peur de le perdre, plus il revient à nous et accroît notre bien-être.

Avec cette perspective, je réponds ainsi à cette jeune étudiante : « N’ayez pas peur de rêver et d’agir en conséquence, car le Bonheur et l’Argent en découlent. »

Je vous partage cette réflexion, car je me rends compte que nous avons trop peu l’occasion, une fois lancés dans la vie active, emportés par nos obligations professionnelles et personnelles, de prendre ce recul vis-à-vis de nos projets, de nos rêves et de notre relation à l’Argent. Où en êtes-vous ? Qu’avez-vous projeté ? Que souhaitez-vous être, avoir et faire ? Je vous invite à laisser des commentaires sous cet article, et je reste à vos côtés pour vous aider à clarifier si besoin.